Montre comme agent de voyage digital

Partie 1: Préparation et réservation

Découverte, préparation et réservation d’un voyage dans les années 2020

Montre comme agent de voyage digital

Dans une dizaine d’années,

tous les voyageurs auront à leur disposition une gamme impressionnante de technologies numériques de nouvelle génération qui transformeront la découverte, la préparation et la réservation de leur prochain voyage en une expérience intégrée et intuitive.

Comme l’affirme le PDG et co-fondateur de Skyscanner Gareth Williams :

« La recherche et la réservation de voyages seront aussi faciles que l’achat d’un livre sur Amazon ».

Dans cette première section du rapport en trois parties de Skyscanner L’avenir du voyage, nous découvrirons et examinerons les progrès des technologies intelligentes vestimentaires, de la réalité virtuelle et des sites web haptiques, qui permettent, grâce au toucher de l’utilisateur, de fournir une réponse tactile, ainsi que des moteurs de recherche sémantique dont nos experts et chercheurs prédisent qu’ils vont révolutionner le secteur du voyage en 2024.

Montre comme agent de voyage digital

Compagnons de Voyage Numériques

Elle est bien loin l’époque

où TOM (Voyageur du Millenium) devait passer des heures sur Internet, à tapoter sur son clavier d’ordinateur pour comparer les prix des vols, des hôtels et des locations de voiture sur des dizaines de sites différents.

Dans les années 2000, un grand nombre de sites de comparaison ont vu le jour pour réduire le stress de la préparation et de la réservation d’un voyage. D’ici 2024, notre voyageur aura un nouvel ami pour réduire la pression engendrée par la découverte, la recherche et la réservation d’un voyage : son Compagnon de Voyage Numérique.

Le futurologue mondial Daniel Burrus, auteur de Technotrends: How to Use Technology to Go Beyond Your Competition définit bien la nature du compagnon haute-technologie que notre voyageur aura à ses ordres.

« Dans les années 2020, chacun d’entre nous aura son propre ‘e-agent’ qui nous accompagnera partout, dans une montre ou un petit bijou », dit-il.

« Ce sera avant tout un appareil d’intelligence artificielle, constamment connecté à Internet, qui aura appris à comprendre intimement nos préférences personnelles ».

« Il pourra avoir le visage, la voix et la personnalité de notre acteur ou comédien favori et apparaître en hologramme 3D ou dans un environnement virtuel, répondant à nos ordres verbaux ».

« Il personnalisera tous nos voyages, préparant les itinéraires en fonction de nos intérêts et désintérêts et fera office de guide touristique, nous indiquant seulement les aspects de la destination qu’il sait pouvoir nous intéresser ».

« Les sociétés du secteur du voyage seront même en mesure de proposer un e-agent personnalisé à leurs clients dans le cadre de leur formule de vacances. Les clients pourront dialoguer et interagir avec leur agence de voyage pour peaufiner leurs voyages en temps réel et les aider en cas de problème ».

Une sélection d'activités de vacances est présentée à Tom

Le Compagnon de Voyage Numérique de notre voyageur TOM sera né des technologies qui commencent à apparaître aujourd’hui.

Desti, une application de voyage conversationnelle proposée par SRI International, l’institut de recherche qui a développé le système Siri d’Apple, est l’un de ces nouveaux produits. Il ouvre la voie vers un monde dans lequel nos appareils mobiles sont capables d’apprendre à partir de leurs interactions avec nous.

L’application peut trouver sur Internet des réactions et des commentaires pertinents sur les voyages en se basant sur les préférences et les recherches de son utilisateur. Un voyageur avec de jeunes enfants, par exemple, peut se voir proposer une sélection d’avis de voyageurs sur des hôtels adaptés aux familles dans la destination de son choix.

D’autres sociétés technologiques développent des appareils interactifs qui ressemblent plus à des amis qu’à des machines. Le système interactif d’intelligence artificielle SAMI du sud-coréen Samsung surveillera automatiquement le style de vie et les besoins de santé de son utilisateur en se branchant sur le savoir cumulé de 1,5 trillions de smartphones servant de capteurs, d’appareils vestimentaires et autres appareils intelligents qui verront le jour d’ici 2020, selon le directeur de projet Luc Julia.

Des appareils mobiles pouvant nous parler et comprendre nos réponses verbales et même nos expressions faciales sont également en cours de développement. Microsoft a développé Cortana, un assistant personnel activé par la voix qui agira comme interface vocale pour toutes les fonctions email et recherche de la marque.

TOM interragissant avec son Compagnon du Voyage Numérique

« Il sera très personnalisé,

basé sur l’intelligence avancée, presque magique, de notre cloud qui en apprend de plus en plus sur les gens et le monde », explique Steve Ballmer, ancien PDG et à présent Directeur de Microsoft.

Plus important encore, en scrutant nos recherches en ligne et en recoupant les données sur nos recherches en matière de vacances, gastronomie, voyage et hôtel, il utilisera des algorithmes prédictifs pour faire des suggestions originales. Celles-ci seront adaptées à notre fourchette de prix, à nos besoins spécifiques et à ceux de notre entourage ainsi qu’à nos préférences pour des voyages farniente ou aventure.

Le co-fondateur de The Future Laboratory Martin Raymond affirme : « Nous avons l’habitude qu’Amazon et Google nous suggèrent des produits. Bientôt, ce type de logiciel prédictif proposera des voyages détaillés et sur mesure, comme notre propre courtier en voyage numérique. »

« Puisant dans les énormes quantités de données personnelles que nous postons sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Mixi, Sina Weibo, Cyworld, Kaixin001, Orkut, Vine et Instagram, il proposera des itinéraires familiers, personnels et surprenants, des voyages gastronomiques exotiques aux visites de quartiers où vous êtes le plus susceptible de rencontrer des personnes qui vous ressemblent et qui partagent vos goûts en matière de nourriture, boissons et fréquentations ».

La sortie du Compagnon de Voyage Numérique est perceptible partout autour de nous. La société russe d’innovation i-Free a créé un système d’intelligence artificielle qui traite la question d’une personne et donne une réponse verbale appropriée en une fraction de seconde, ce qui permet à son bio-robot Frank de tenir des conversations sensées.

La caméra 3D RealSense d’Intel est un bon exemple du type de technologie que les appareils de voyage des années 2020 utiliseront pour reconnaître les émotions humaines et y réagir. La caméra est conçue pour évaluer l’humeur de ses utilisateurs grâce à leurs expressions faciales et à la posture de leur corps, ainsi que pour comprendre et répondre aux ordres verbaux courants.

Le propre appareil d’intelligence artificielle de Facebook, lancé en octobre 2013, a également pour but de créer un système intelligent de reconnaissance vocale. « L’objectif est d’utiliser de nouvelles approches de l’intelligence artificielle pour tirer parti de toutes les données que les gens partagent, afin que nous puissions générer de nouvelles perspectives sur le monde pour répondre aux questions des gens », explique le PDG Mark Zuckerberg.

« Avec le temps, je pense qu’il sera possible de créer des services avec lesquels nous interagirons bien plus naturellement et qui pourront nous aider à résoudre beaucoup plus de problèmes que n’importe quelle technologie existant aujourd’hui », ajoute-t-il.

De même que les logiciels pour une entité de discussion et d’apprentissage en ligne contribueront à créer ‘l’esprit’ du Compagnon Numérique de Voyage de notre voyageur au début des années 2020, une gamme d’équipements miniaturisés interconnectés servira de ‘corps’ vestimentaire.

La première génération de tels appareils profite actuellement de la dynamique du marché. Les ventes de technologies vestimentaires telles que les montres avec fonctions smartphones, comme la Smartwatch de Sony et la Galaxy Gear de Samsung, atteindront le chiffre de 485 millions d’ici 2018, selon la société d’études de marché ABI Research.

Selon IMS Research, d’ici 2016, Google va produire chaque année 6,6 millions de lunettes Google Glass, ces lunettes intelligentes équipées d’une caméra, permettant ainsi au grand public d’accéder à cette technologie.

Mais dans les années 2020, les appareils vestimentaires seront bien plus petits et plus rapides et dotés de plus grandes capacités, transformant ainsi le Compagnon de Voyage Numérique en réalité concrète.

TOM faisant du vélo en portant un casque équipé de caméra

En 2017, nous utiliserons des appareils à porter alimentés par des micro-puces de seulement sept nanomètres de long (la largeur de 15–20 atomes) qui transformeront chaque domaine de nos vies, selon Renée James, Présidente d’Intel.

« La miniaturisation de la technologie, explique Raymond, ouvrira tout un nouveau monde de possibilités en combinant la technologie vestimentaire à une technologie quasi-invisible. Les parents utilisent déjà des dispositifs pour suivre leurs enfants lorsqu’ils voyagent avec eux, des appareils téléphoniques qui vous donnent leur position géographique et, de plus en plus, des étiquettes qui peuvent être intégrées dans les vêtements et même insérées sous la peau. Ajoutez à cela les possibles caméras rétiniennes, des caméras si petites que vous pouvez les monter sur une paire de lunettes qui ne ressembleront aucunement aux Google Glass. Vous ne serez pas seulement capables de suivre vos enfants, vous pourrez aussi les voir, depuis leur point de vue, sur leurs lieux de vacances ou tout autre lieu ».

Pouvoir découvrir une destination depuis le point de vue d'une autre personne est déjà possible et semble plaire. A Melbourne, dans le cadre de l'opération 'Remote Control Tourist', les touristes et les guides-accompagnateurs portaient des casques équipés de caméra, alors que leurs homologues assis dans leur fauteuil à la maison suggéraient des lieux où se rendre à pied ou à vélo. « Bien que ce ne soit pas tout à fait la même chose, cela vous donne une idée de la manière dont les technologies vestimentaires et intégrées seront utilisées à l’avenir », explique Raymond.

D’après certaines informations, une nouvelle génération de montres connectées serait en train d’être développée par Apple. Elle devrait être appelée tout naturellement iWatch et comportera des écrans holographiques 3D et un accès Internet, donnant, à portée de main, des panoramas de rue, le relief, des versions 3D d’une promenade dans un quartier ou l’itinéraire le plus rapide vers un aéroport.

Lentilles de contact

Et la tendance à la miniaturisation des appareils mobiles gagne du terrain car les avancées actuelles telles que les circuits souples microscopiques développés par l’Institut Suisse de Technologie

(1/60e l’épaisseur d’un cheveu humain et implantable sur une lentille de contact)

seront à la portée du grand public avant la fin de cette décennie. Tout ceci permettra d’avoir plus facilement accès aux technologies dites vestimentaires (ou ‘bodyTech’), que certains de nos experts appellent maintenant compagnon Tech (‘buddyTech’).

Lentilles de contact

Alistair Hann, Directeur de la technologie de Skyscanner, prédit que l’arrivée du Compagnon de Voyage Numérique ne changera pas seulement la manière de préparer et réserver un voyage mais également la manière de vivre le voyage lui-même.

« Imaginez porter un appareil qui est capable de donner une traduction verbale simultanée de ce que votre chauffeur de taxi est en train de vous dire en chinois », dit-il.

« Ou un appareil capable de traduire votre menu de restaurant du russe au français en quelques secondes ? Les possibilités de ces technologies sont infinies. Soudain, voyager ne fera plus peur. »

De grandes prédictions sont souvent faites sur l’apparition des nouvelles technologies révolutionnaires  mais ces prédictions portent seulement sur la date de leur lancement dans un avenir lointain.

Cependant, Dr Ian Yeoman, le futurologue spécialiste des voyages et maître de conférences dans le domaine du tourisme du futur à l’Université Victoria de Wellington, est persuadé que les appareils vestimentaires avancés feront partie de la vie quotidienne d’ici la fin de la décennie.

« De nouveaux produits comme les lunettes Google Glass seront courants d’ici 18 mois. D’ici cinq ans, tout ce que les lunettes Google Glass peuvent faire maintenant seront disponibles sur des lentilles de contact », dit-il.

Fish
TOM assis au bord du lac

Le virtuel devient réalité

Une simple commande verbale lance TOM

à la découverte d’un voyage tout en étant confortablement installé dans son lit. « J’ai vraiment besoin de vacances », murmure-t-il à son Compagnon Numérique de Voyage en l’envoyant en mission de sa part.

Son intelligence artificielle vestimentaire se connecte en ligne avec une nouvelle génération de sites Internet ‘essayez avant d’acheter’ gérés par des sociétés spécialistes du voyage. Il revient avec une palette d’échantillons en réalité virtuelle qui permet à notre voyageur de voir les lieux, d’entendre les sons et même de ressentir le paysage d’un grand nombre de voyages différents.

Son impatience et son excitation seront piquées au vif par une promenade multi-sensorielle en 3D le long d’une plage du Costa Rica baignée de soleil, une randonnée sur un sentier enneigé dans les Andes ou une plongée sur la Barrière de Corail.

Monkey
Vues de la jungle à travers un appareil de réalité virtuelle

« La réalité virtuelle ne remplacera pas les vrais voyages, comme le présentent les films de science-fiction », dit le futurologue de la technologie Daniel Burrus.

« Elle deviendra une nouvelle forme de présentation, un incroyable avant-goût en 3D d’une destination qui donnera envie aux voyageurs de vivre réellement cette expérience. »

En 2014, la technologie qui permettra de transformer cette vision future en réalité est déjà sur le point de voir le jour. Un outil de production d’images de synthèse développé par la société de technologie 3RD Planet permet aux utilisateurs de faire une promenade incroyablement réaliste dans les rues d’une ville.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Caroline du Nord a recréé en réalité virtuelle une scène de foule devant la Cathédrale St Paul à Londres en 1622 qui permet aux visiteurs de changer de points de vue comme ils le veulent.

Le nouveau casque Oculus Rift VR de la start-up américaine Oculus VR est le prédécesseur des appareils de réalité virtuelle que notre voyageur utilisera à la maison lorsqu’il demandera à voir différents scénarios de vacances en 3D.

Semblable à des lunettes de skis, le casque combine la technologie des smartphones et celle des capteurs de mouvement pour produire une expérience similaire à celle ressentie devant un très grand écran IMAX. Les images sont projetées sur la rétine à peu près de la même manière que les vieux projecteurs projetaient les images sur un écran.

Un autre casque de réalité virtuelle, conçu par une équipe de l’Université de technologie de Vienne permet à un utilisateur de se promener virtuellement dans un labyrinthe infini tout en faisant vraiment des cercles dans une petite pièce. Les chercheurs ajoutent à présent du mouvement et une technologie faisant ressentir la proximité et qui permettront à plus d’une personne de marcher dans ce labyrinthe en même temps sans se bousculer, selon le magazine New Scientist.

D’autres progrès ajouteront une nouvelle couche de sensations à la réalité virtuelle : le sens du toucher grâce aux technologies haptiques.

Disney a créé une nouvelle interface appelée REVEL qui donne des retours tactiles grâce à de très petites vibrations provenant d’objets virtuels en 3D. Le système permettra aux utilisateurs de toucher les cratères de la lune, les épines d’un cactus ou les contours d’un objet délicat. La chaîne de télévision japonaise NHK réalise actuellement le prototype d’un système similaire qui permet aux téléspectateurs de ‘ressentir’ les surfaces et textures des objets s’affichant à l’écran, y compris le sable, la mer et le feuillage. Masashi Nakatani, le chercheur japonais du laboratoire Tachi, travaille actuellement sur le kit d’outils haptiques TECHTILE, un appareil qui permettra de convertir les sons en textures et surfaces que l’on peut ressentir.

« Imaginez être capable de ressentir la chaleur du soleil sur votre main », dit Martin Raymond de The Future Laboratory. « Avec un logiciel comme le TECHTILE, qui convertit les ondes sonores en sensations tactiles, vous pourrez ressentir le son d’un gamelan à Bali ou les vibrations des moulins à prière au Tibet ou au Bhoutan. »

D’ici 2020, des techniques haptiques similaires basées sur les vibrations permettront aux consommateurs de ressentir la texture de la laine, de la soie ou du coton de l’article qu’ils sont sur le point d’acheter sur leur tablette, selon Robyn Schwartz, Directeur adjoint du département Research Retail Analytics d’IBM. Au cours de la prochaine décennie, les voyageurs pourront utiliser une technologie similaire pour ressentir l’effet du sable entre les doigts de pied sur une plage à des milliers de kilomètres.

TOM faisant un tour en réalité virtuelle chez lui

« Au cours des 10 prochaines années, un voyageur pourra faire, en temps réel, une visite en réalité virtuelle dans l’hôtel qu’il prévoit de réserver», dit Nik Gupta, Directeur des hôtels chez Skyscanner.

TOM faisant un tour en réalité virtuelle chez lui

« Il pourra regarder le personnel préparant sa chambre, voir le personnel en action et surveiller les cuisiniers préparant sa recette favorite. Cela sera révolutionnaire, un outil incroyablement puissant pour créer l’engagement et la confiance entre le voyageur et la société. »

Le voyage passionnant et détendu en réalité virtuelle réalisé par TOM via une série de scénarios de voyage très différents lui permet d’affiner ses désirs. Il sait à présent s’il préfère une escapade en ville à une randonnée en montagne ou à un voyage sur une plage exotique idyllique.

Réagissant instantanément à sa décision, son Compagnon de Voyage Numérique passe à la deuxième étape de la découverte, recherchant activement puis préparant et réservant le voyage de son choix.

TOM planifiant ses vacances avec des outils de recherche sémantique

Recherche sémantique

La prochaine étape de la démarche de TOM

est celle utilisant les outils de recherche sémantique très intuitifs qui seront utilisés en ligne par les grandes sociétés du secteur du voyage durant la prochaine décennie.

TOM est connecté à son Compagnon de Voyage Numérique qui lui transmet ses préférences hyper-personnalisées, de son petit-déjeuner favori à sa méthode de gym en passant par la composition des draps de son lit. Il utilise les commandes vocales et gestuelles pour interagir pendant que les outils lancent une analyse des Big Data pour proposer une sélection de formules de voyages idéales.

Grâce à un point d’accès unique, tous les aspects de son voyage sont étudiés, pris en compte et réservés. Comme le dit Stefan Rust, PDG d’Exicon : « Dans un avenir proche, il est probable que des applications mobiles fourniront un service complet en agrégeant les données des compagnies aériennes, des aéroports, des hôtels et des systèmes de transport terrestre qui fourniront les outils pour chaque partie du voyage. »

« Avant votre vol, la technologie vous permettra de rechercher et de réserver votre vol et d’organiser votre voyage sur place. A l’aéroport, il vous guidera dans le terminal, vous dira où vous enregistrer, suivra vos bagages, changera votre argent et vous permettra de programmer votre arrivée, de réserver une chambre, de louer une voiture et vous fournira toutes les informations dont vous avez besoin lorsque vous arriverez à destination ».

Les sociétés en ligne développent rapidement des technologies pour effectuer des recherches intuitives.

Les utilisateurs s’attendront à voir leurs préférences et leurs précédents filtres de recherche sauvegardés, autorisant même les sociétés à accéder à leurs réseaux sociaux, leur historique de recherche, et même à leurs emails de manière plus proactive afin qu’ils puissent développer des profils personnels et complets de leurs besoins, de leurs passions et de leur possible comportement futur.

TOM planifiant ses vacances avec des outils de recherche sémantique

Margaret Rice-Jones, Présidente de Skyscanner, pense que cette technologie permettra aux sociétés du secteur du voyage d’utiliser plus efficacement les différents réseaux sociaux d’une personne, ainsi que les conseils de ses connaissances pour suggérer de manière plus précise et avec plus d’imagination de futures options de voyage.

« Dans un avenir proche, nous assisterons à une plus grande interaction entre les sites de voyage et les réseaux sociaux », ajoute-t-elle.

En 2024, cette approche intuitive sera encore plus développée, avec des logiciels capables de lire les expressions faciales ou de créer un ADN numérique des préférences des utilisateurs.

La start-up Affectiva est en train de créer un algorithme de lecture faciale qui permettra à un moteur de recherche de reconnaître les expressions humaines et de juger si les résultats fournis plaisent ou non à l’utilisateur. Le nouveau moteur de découverte personnelle Nara utilise des concepts de neuroscience pour imiter et comprendre les mécanismes de la pensée du cerveau humain, afin de créer un ‘ADN numérique’ des préférences d’un utilisateur.

Le Graph Search de Facebook peut répondre aux questions posées en anglais familier, voire grammaticalement incorrect, et faire des suggestions intuitives en se basant sur les données des utilisateurs des réseaux sociaux.

Ces outils vont de plus en plus utiliser la très grande quantité de données clients personnelles à leur disposition pour garantir instantanément que les résultats de recherche sont conformes aux demandes et souhaits d’un certain utilisateur.

« Les Big Data peuvent avoir un rôle fort dans la transformation du secteur du voyage », affirme le groupe technologique Amadeus. « Cela pourrait être l’une des initiatives ayant la plus grande influence depuis le système de réservation en ligne. »

Tout le monde n’est pas d’accord. Les spécialistes technologiques, tels que Betsy Bilhorn, Vice-Présidente chargée de la gestion produits chez Scribe Software, rejette cette approche comme n’étant qu’un grand battage médiatique susceptible de créer de la confusion par une surcharge d’informations plutôt que de fournir une vue holistique des besoins des consommateurs.

TOM sélectionnant des vacances organisées personnalisées

Cependant Martin Raymond de The Future Laboratory attire l’attention sur ce point :

« De la même façon que la technologie influence la technologie, notre manière de développer la technologie est énormément influencée par le consommateur. »

« Au cours de nos recherches auprès des pré-ados de la génération I (génération Interactive) et de leurs frères et sœurs plus âgés que nous surnommons la génération D (génération Digital), nous avons découvert que peu d’entre eux craignaient l’arrivée des données de type ‘Big Data’. La plupart d’entre eux l’apprécient, pourvu qu’elles les rapprochent de ce qu’ils veulent, des communications sans interruption avec le monde qui les entoure. »

En 2024, TOM trouvera normal qu’une série complète d’entités de recherche de logiciel en ligne lui parlent et évaluent ses réactions et émotions parce qu’elles chercheront à anticiper ses besoins dans le domaine des voyages.

Comme le futurologue des voyages Dr Ian Yeoman le dit : « Nos jeunes enfants trouveront complètement naturel de parler à une machine qui les comprend sans taper sur un clavier ou toucher un écran. »

« La reconnaissance de la parole impliquant des agents intelligents qui peuvent utiliser le langage naturel et apprendre par l’expérience est déjà en train de devenir de plus en plus courant. »

En quelques minutes, l’intelligence artificielle vestimentaire de TOM lui proposera de consulter une sélection de formules de voyage porte-à-porte sur mesure.

Une fois qu’il aura fait son choix, son Compagnon de Voyage Numérique fera toutes les réservations et gèrera les transactions de paiement en se connectant avec le logiciel intelligent d’une société de voyage.

Telle sera la découverte du voyage en 2024 : un voyage testé, recherché et réservé de manière intuitive et homogène en moins d’une heure, sans jamais quitter la maison.

C’est un monde qui semblera parfaitement normal à nos voyageurs. Martin Raymond conclut : « Les voyageurs et utilisateurs actuels se méfient des systèmes en ligne ayant ce niveau de compréhension de leurs pensées et de leurs sentiments. »

« Mais les adolescents et les moins de 10 ans se demandent pourquoi leurs aînés sont si inquiets. Ils espèrent une technologie qui travaillera de manière intuitive, qui leur offrira les solutions dont ils ont besoin, sans qu’ils aient besoin d’être directement interrogés. »

TOM à l'aéroport

Conclusion

La préparation et la réservation du voyage de TOM vont devenir intégrées, sur mesure, collaboratives et immersives.

Un Compagnon de Voyage Numérique, ainsi qu’un appareil vestimentaire d’intelligence artificiel intégrant les plus récentes technologies à reconnaissance vocale et gestuelle, passeront intuitivement au crible l’ensemble des informations en ligne pour fournir à TOM le voyage sur mesure de ses rêves.

La découverte du voyage sera rendue possible par des sites Internet qui utiliseront les outils haptiques et de réalité virtuelle nouvelle génération pour permettre à notre voyageur de voir, d’entendre et de ressentir les destinations possibles tout en étant confortablement installé chez lui.

L’étape de la réservation sera alors rapide, facile, sans stress et passera par un point unique, grâce à des sites Internet utilisant les technologies sémantiques qui apprennent les préférences d’un client à partir de ses activités en ligne, ainsi que d’engager une conversation avec eux dans un langage courant.

Partie 2: Le voyage
Scroll Down

Une description du secteur du voyage en 2020

Pour comprendre le monde du voyage des années 2020, nous devons prendre en considération les forces technologiques, économiques et sociales qui vont remodeler le secteur mondial du voyage ces 10 prochaines années.

Le facteur le plus important à l’œuvre est peut-être le développement vers la Maturité numérique. En 2014, le cyberespace et les technologies qui lui sont associées n’apparaissent plus comme originaux et surprenants. Ils deviennent la toile de fond de nos vies.

En Chine, 464 millions de personnes, soit 34,5% de la population totale, ont maintenant accès à Internet via leurs smartphones ou appareils mobiles, selon le Centre chinois d’Informations sur le Réseau Internet. L’Asie sera témoin de la plus grande croissance de la classe moyenne, qui devrait tripler pour atteindre 1,7 milliard de personnes en 2020, selon la Brookings Institution. Son pouvoir d’achat générera au niveau mondial de nouveaux comportements et attitudes envers les technologies numériques.

D’ici 2024, la connectivité Internet et les appareils mobiles qui la rendent possible paraîtront aussi ordinaires que l’éclairage électrique ou le chauffage central aujourd’hui. La technologie sera totalement intégrée dans le quotidien des voyageurs, que ce soit dans les économies développées ou dans les économies en voie de développement. Selon Cisco Systems, il y aura 50 milliards d’appareils connectés à Internet en 2020.

Il y aura simultanément une explosion des voyages de la part des marchés florissants d’Asie, d’Amérique du sud et d’Afrique, les nouvelles économies émergentes de chaque région, le pouvoir d’achat de leurs consommateurs augmentant énormément.

En 2030, l’Asie, l’économie régionale à la croissance la plus forte et la plus rapide, doublera son PIB jusqu’à 67 milliards de dollars US, devançant les prévisions des PIB pour l’Europe et les Amériques conjuguées, selon le Boston Consulting Group.

Les millions de voyageurs des marchés florissants annoncent une ère de mobilité mondiale, avec, pour la prochaine décennie, une forte expansion du secteur mondial du voyage – et donc de la demande en matière de voyages.

Le Conseil Mondial du voyage et du tourisme prévoyait une croissance de 3,2 % dans le secteur mondial du voyage en 2013, devançant largement la croissance prévue de 2,4 % du PIB mondial. L’écart a même été plus important pour les économies émergentes en 2012, la Chine et l’Afrique du sud ayant affiché une croissance annuelle de 7 % dans le secteur du voyage et l’Indonésie une augmentation de 6 %.

La vitalité financière des Marchés Florissants sera un antidote mondial nécessaire aux incessants problèmes économiques qui modifieront l’attitude des voyageurs dans les vieux marchés, les économies en Europe et aux États-Unis dont la croissance a été réduite ces cinq dernières années par la dette post-krach et l’austérité.

Comme le rapport 2012/2013 d’IPK International sur les Tendances mondiales du voyage le déclare : « Un nombre croissant de ces pays ne sont pas en mesure de payer leurs dettes. La crise de la dette ne touche pas encore à sa fin et les conséquences négatives sur les comportements dans le domaine du voyage, que l’on appelle : la ‘mobilité à la baisse’, en Europe de l’Ouest, aux États-Unis et au Japon ne peuvent être exclues ».

Le dernier facteur permettant de définir le secteur mondial du voyage des années 2020 est un facteur social. Une bombe à retardement démographique se prépare alors que la population mondiale vieillit à une vitesse sans précédent.

Le siècle dernier a été témoin de la plus rapide baisse de la mortalité de l’histoire avec une espérance de vie au niveau mondial augmentant dans son ensemble de 47 ans en 1950–1955 à 69 ans en 2005–2010, selon les Nations Unies.

En 1950, les enfants de moins de 15 ans étaient deux fois plus nombreux que les adultes de plus de 60 ans. En 2050, il y aura deux fois plus de personnes âgées de plus de 60 ans que d’enfants.

Ainsi, en 2024, notre voyageur effectuera son voyage dans un monde dans lequel la demande des marchés florissants de nouvelles expériences sera contrebalancée par la prudence financière des vieux marchés de l’Europe et des États-Unis, toujours en période de relance économique.

Et il lui semblera normal que chaque aspect du voyage, de la découverte et de la réservation au transport et au vol, intègre les nouvelles technologies numériques, tel qu’il y est habitué, de manière homogène et naturelle.




Articles similaires

Méthodologie de la recherche

Ce rapport Skyscanner est le fruit du travail d’une équipe de 56 personnes (éditeurs, chercheurs et spécialistes des réseaux du futur) dans des villes internationales clés pour dresser un tableau détaillé des technologies révolutionnaires des dix prochaines années et des nouvelles destinations originales qui transformeront le secteur mondial du voyage dans les années 2020.

Les experts

Nous avons analysé les technologies futures et les nouveaux comportements dans le secteur du voyage en nous mettant à l’écoute du savoir-faire d’un certain nombre d’experts renommés, comme le futurologue Daniel Burrus, auteur de Technotrends: How to Use Technology to Go Beyond Your Competition et le futurologue des voyages Dr Ian Yeoman.

Nous avons également tiré profit des enseignements fournis par le stratège numérique Daljit Singh; du Directeur britannique des technologies du futur de Microsoft Dave Coplin; du Directeur exécutif et créatif du Creative Lab de Google Steve Vranakis; de Kevin Warwick, Professeur de cybernétique à l’Université de Reading; et Martin Raymond, co-fondateur de The Future Laboratory et auteur de CreATE, The Tomorrow People et de The Trend Forecaster’s Handbook.

Nous avons également fait appel à des experts de Skyscanner qui ont été choisis pour leur discernement et leur expertise et ont été, dans la mesure du possible, directement cités dans le rapport. Parmi ces experts : La Présidente Margaret Rice-Jones, le PDG et co-fondateur Gareth Williams, le Directeur de la Technologie Alistair Hann, le Responsable B2B Filip Filipov, le Directeur des Hôtels Nik Gupta et le Responsable Marketing Dug Campbell.

En collaboration avec les experts cités ci-dessus, nous avons utilisé le réseau en ligne de The Future Laboratory, LS:N Global, pour compléter les recherches ainsi que les conclusions des rapports annuels fournis par The Future Laboratory sur les voyages, la technologie, l’alimentation et l’hôtellerie.




Articles similaires

Ressources

l’avenir du voyage 2024 - Partie 1 PDF (2.5Mb)


l’avenir du voyage 2024 - Partie 2 PDF (2.5Mb)







l’avenir du voyage 2024 - Partie 3 PDF (2.5Mb)







Articles similaires

Nous contacter

Pour plus d’informations sur ce rapport, veuillez contacter :

Marine Bigault

marine.bigault@skyscanner.fr

+44(0) 13 12 52 56 67

Pour plus d’informations sur Skyscanner, consultez le site : : www.skyscanner.fr

Rejoignez-nous sur :




Articles similaires